Mireille Blanchard-Desce, directrice du laboratoire Chimie et Photonique Moléculaire, médaille d’argent CNRS 2008

vendredi 16 avril 2010

Mireille Blanchard-Desce conçoit des édifices moléculaires réagissant à la lumière, pour des applications aussi diverses que l’imagerie médicale ou les technologies de l’information.

Pourquoi cette médaille ?

PNG - 125.7 ko
Mireille Blanchard-Desce
directrice du laboratoire Chimie et Photonique Moléculaire, médaille d’argent CNRS

Diplômée d’une Thèse de Doctorat, spécialité chimie organique sous la direction du Professeur Jean-Marie Lehn(université Pierre et Marie Curie Paris VI), Mireille Blanchard-Desce intègre le CNRS en 1985 en tant que chargée de recherche. Depuis 2003, elle est Directrice de recherche 1ère classe et dirige le laboratoire Chimie et photonique moléculaires depuis 2006. Elle conçoit des édifices moléculaires réagissant à la lumière, pour des applications aussi diverses que l’imagerie médicale ou les technologies de l’information. Chimiste ? Physicienne ? Mireille Blanchard-Desce n’a guère le goût des étiquettes… En témoigne son parcours atypique jalonné de récompenses (Médaille de bronze du CNRS à 30 ans et Médaille d’argent à 48 ans). Au lycée, Mireille a une prédilection pour la physique avant de plonger dans les arcanes de la chimie organique. En 1980, elle entre à l’Ecole normale supérieure (ENS) de Paris où la présence des filles est aussi faible que la pression est rude. Cette période intellectuellement très stimulante laissera ses traces. C’est là qu’elle s’est définitivement placée à l’interface de ses matières fétiches. Avec Jean-Marie Lehn, lors de sa thèse, ils mettent au point le premier film moléculaire capable de laisser passer le courant à travers une membrane isolante. Sur cette lancée, elle définit très tôt son domaine de recherche : le design moléculaire des propriétés optiques. Elle monte « de toutes pièces » à Paris une équipe consacrée à l’ingénierie de molécules photoniques, en particulier fluorescentes et multiphotoniques. Soumises à de fortes intensités lumineuses, les structures moléculaires montrent d’importantes distorsions qui modifient leurs propriétés optiques. On peut ainsi doubler la fréquence des lasers, moduler la propagation de la lumière dans un matériau ou encore imager le vivant selon des performances jamais atteintes. Ces travaux suivent une démarche très stricte qui oblige à remplir un véritable cahier des charges. Les parutions se succèdent, la renommée de son équipe s’agrandit. En 2000, elle « migre » à Rennes pour créer un axe « photonique moléculaire » dans le laboratoire de synthèse et électrosynthèse organiques. Cinq ans d’efforts, couronnés par la mise en place d’un plateau expérimental. Dédié à la caractérisation des propriétés multiphotoniques, il attire nombre de laboratoires français et étrangers. Dans la foulée, elle prend la direction de l’unité Synthèse et électrosynthèse organiques devenue Chimie et photonique moléculaires en 2008. Sa force pour développer des projets la pousse depuis deux ans vers un axe ultra compétitif, les nanoparticules entièrement organiques dites « molles ». Exemptes de métaux lourds, elles n’auront pas d’effets néfastes sur l’organisme, ni de rejets nocifs pour l’environnement. Ces travaux développés en collaboration avec l’équipe de Jean-Pierre Majoral de Toulouse ont fait l’objet d’un brevet en cours d’extension avec pléthore d’applications pour l’assistance à la chirurgie, pour l’imagerie médicale ou encore les matériaux pour l’affichage. Quand elle souffle un peu, c’est pour passer du temps avec ses deux grandes filles ou encore profiter de la douceur de vivre de la cité bretonne. Elle accorde également un intérêt particulier à la diffusion des savoirs scientifiques auprès du grand public comme en témoigne les nombreuses animations qu’elle a mises sur pied dans le cadre de Journées Portes ouvertes, de la Fête de la science, ou encore en accueillant des classes au sein de son laboratoire. Le spectre large de ses compétences fait que cette scientifique est régulièrement sollicitée pour participer à des expertises, des groupes de réflexion ou encore pour être membre de conseils et commissions.


Les nanos c'est:

Calendrier

« octobre 2017 »
L M M J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5